Toutes les questions

Rencontre avec Pierre Bordage

Octobre 2005 à Lannion

mercredi 1er août 2007 , par Vero

En Octobre 2005, Pierre Bordage a fait l’amitié à Pérégrine d’accepter l’invitation de venir à la rencontre du public trégorrois ; au cours de la soirée-débat organisée à l’occasion de sa visite, il a répondu aux questions suivantes :

La première question qui nous vient à l’esprit, c’est : comment ce petit garçon passionné de lecture est-il devenu écrivain, et pourquoi la science-fiction ?

Vous avez publié une trentaine de romans, et un seul recueil de nouvelles ; or nous vous trouvons plutôt doué pour les nouvelles ; pourquoi n’en écrivez-vous pas davantage ?

Vous avez écrit également des romans jeunesse. Est-ce qu’il y a d’autres projets pour/sur la jeunesse ?

Que lisez-vous aujourd’hui ? Quels sont vos lectures, vos auteurs, les styles… ?

En parlant de BD, que pensez-vous de l’adaptation des Guerriers du Silence ?

Pour en revenir à la littérature de façon un peu plus générale, faites-vous partie d’une famille science-fiction ou plus simplement comment vous situez-vous ?

L’auteur allemand Andreas Eschbach, qui vit au Conquet, semble envier la diversité et la richesse des parutions de science-fiction française. Partagez-vous son optimisme ?

Que pensez-vous des nouveaux auteurs de science-fiction français comme Alain Damasio, Fabrice Colin, Stéphane Beauverger, Xavier Mauméjean, Thomas Day... ?

Dans vos romans, vous donnez une vision de l’humanité parfois assez négative : elle a détruit son environnement, voire s’est détruite elle-même dans les Fables de l’Humpur. Souvent, l’avenir de l’homme semble passer par une forme de vie supérieure à l’homme : la ruche dans Wang, les post-humains dans la fin de la dernière trilogie. Vous n’avez pas confiance en l’avenir de l’homme ?

Très présents dans votre œuvre, la spiritualité et le religieux sont-ils un ressort dramatique ou l’expression d’une inquiétude réelle de votre part ?

A travers vos livres, vous abordez des genres et des thèmes différents, est-ce que c’est significatif d’une évolution, est-ce qu’aujourd’hui vous réécririez les premiers romans différemment ?

A propos de l’Enjômineur, dont le 2è tome sort la semaine prochaine, l’histoire de ce livre se passe pendant la guerre de Vendée. Avez vous ressenti le besoin d’écrire un roman historique, sur vos racines, ou aviez-vous prévu dès le départ, d’y introduire de la fantasy, du fantastique ?

Et c’est toujours dans le même souci d’élargir l’étendue des lecteurs qui pourraient accéder au fantastique ?

On peut peut-être maintenant aborder l’aspect plus technique de votre écriture. Vous dîtes que vous n’utilisez pas de plan, et je me demandais si vous ne prévoyez pas quand même certaines fins ou certains passages dans vos romans ?

Quand vous écrivez un roman, l’écrivez-vous d’une seule traite ou... est-ce que vous revenez dessus après, est-ce que vous le modifiez ?

Est-ce que vous conservez les premiers, on va dire rushes ?

Vous avez dit tout à l’heure, que certains romans avaient été douloureux à écrire. Lesquels ?

Donc c’est la fin de la saga des griots ?

Est-ce que vous vous inspirez de personnes ou de faits réels ? D’où vient votre inspiration en fait ?

Est-ce que vous avez des nouveaux projets, une nouvelle trilogie ?

Dans vos romans, voulez-vous toujours faire réfléchir sur un sujet ?

Vous voyez les religions comme étant une des puissances qui gouvernent le monde. Je n’ai pas tellement vu le rôle de l’économie dans vos romans. Qu’en pensez-vous ?

Dans vos livres, vous parlez du futur, mais est-ce que le futur vous fait peur ?

Vous parliez d’Orson Scott Card tout à l’heure, qui a repris un de ses personnages, Bean, pour le développer dans le même contexte que dans La Stratégie Ender. Je me demandais si vous n’aviez pas été tenté ou si vous seriez tenté de reprendre un de vos personnages secondaires. Je pensais par exemple au chevalier absourate Long Shu Pae, que j’affectionnais particulièrement.

Tout à l’heure, vous établissiez un distinguo entre religion et spiritualité, et je ne comprends pas bien : la religion c’est la spiritualité au contraire.

Merci à Pierre Bordage et au public pour ces échanges.

Articles les plus populaires

BRUST (Steven) - Teckla

par yann, Popularité : 100%

La Loi du plus beau de Christophe Lambert.

par slabbe, Popularité : 100%

Danielle Martinigole un écrivain de tempérament

par slabbe, Popularité : 100%

MAC LEOD (Ian R.) - Les Iles du soleil

par slabbe, Popularité : 25%

McAuley (Paul) – Cowboy Angels

par Philippe Gestin, Popularité : 25%

Rencontre avec Pierre Bordage (3/16)

par TiToc’h, Vero, Popularité : 25%

 
SPIP  —  Contactez l'association.