VAN VOGT A.E. - A la poursuite des Slans

lundi 13 juillet 2009 , par slabbe

Slan, l’âge d’or de la SF

Slan, publié en 1951, est un roman ambitieux, qui combine les astuces du roman de formation à une intrigue originale fondée sur le thème de la mutation génétique. Van Vogt y affine sa fameuse technique des scènes courtes, une scène ne devait, selon lui, pas excéder les huit cents mots et accuser une tension dramatique croissante. Pour expliquer l’étrangeté, parfois mise en accusation de son style, Van Vogt pensait sa phrase comme un vecteur d’émotion, « la phrase ne doit pas tout dire », le lecteur qui veut comprendre doit « ajouter » quelque chose. On peut donc voir une certaine proximité entre l’écriture de Van Vogt et celle des auteurs de roman noir de la génération précédente. Le style impersonnel de Hammett par exemple avait cette même fonction d’engager le lecteur dans une construction du sens qui parfois reste incertain ou demeure en suspension.

Slan fut traduit par Jean Rosenthal et publié en France chez Gallimard en 1954. Rosenthal choisit de remplacer la sobriété du titre initial par un À la poursuite des Slans plutôt bienvenu puisqu’il renvoie aux différentes strates de l’intrigue. Ce sont d’abord les hommes qui sont « à la poursuite des Slans ». Les Slans sont des mutants, télépathes (ils possèdent de petites antennes dissimulées dans leurs cheveux qui autorisent l’opération) ; pourvus de deux cœurs, ils font preuve d’une résistance et d’une endurance exceptionnelles. Leurs pouvoirs effraient les hommes qui ont décidé leur éradication. Le roman s’ouvre d’ailleurs sur une scène d’anthologie, le futur héros, Jommy Cross qui n’a que neuf ans tente, avec sa mère, d’échapper à une troupe de miliciens en armes. La mère se sacrifiera pour permettre à Jommy de se sauver.

Commence alors un roman de formation dans la tradition du bildungsroman européen : recueilli par Mémé, une vielle femme alcoolique et clocharde, le jeune Jommy va à son tour partir « à la poursuite des Slans » que le roman ne cesse d’évoquer sans jamais véritablement les mettre en scène, du moins dans les deux premiers tiers du roman. Jommy parviendra ainsi à trouver le secret de ses origines et l’amour de la jolie orpheline slan Kathleen Layton. La chasse aux Slans n’est évidemment pas sans faire penser aux exactions nazies d’avant et pendant la seconde guerre mondiales. On peut aussi voir dans le personnage de Joanna Hillbory, Slan sans corne (et donc sans pouvoir télépathique) une allusion aux femmes pionnières qui fondèrent les premiers Kibboutz israéliens. Les Slans sans cornes sont une troisième espèce, une sorte de chaînon manquant, entre l’homme et le Slan. Intelligents, entreprenants, ils ont colonisé la lune et la planète Mars et préparent le devenir d’une humanité apaisée qui saura accepter ses différences. Ils n’en sont pas moins combattifs et refusent de se soumettre au pouvoir du dictateur Kier Gray que le héros, parvenu au terme de sa quête, devra affronter en une scène particulièrement efficace.

À la poursuite des Slans est finalement un roman assez atypique chez Van Vogt, comme dans plusieurs de ses romans (le cycle du Ã, le Livre de Ptath) Van Vogt semble fasciné par le mythe d’un surhomme nietzschéen, mais le roman est sous-tendu par un souci d’efficacité dramatique que ne viennent pas parasiter les considérations pseudo philosophiques relatives à la sémantique générale qui encombreront le Ã. L’intrigue est alerte, un brin naïve et le roman s’inscrit parfaitement dans cette tradition de joyeuse invention qui a caractérisé ce qu’aujourd’hui on désigne avec un soupçon de nostalgie du nom d’« âge d’or de la science fiction. »

Articles les plus populaires

GRIMBERT (Pierre) - Le Secret de Ji

par slabbe, Popularité : 100%

WILLIS (Connie) - Sans Parler du Chien

par TiToc’h, Popularité : 87%

CAROFF (Martial) - Exoplanète

par Semeilh, Popularité : 84%

Pérégrine, un lancement réussi

par Vero, Popularité : 82%

Thomas Geha - La guerre des chiffonneurs

par Philippe Gestin, Popularité : 56%

Georges Panchard - Heptagone

par Philippe Gestin, Popularité : 54%

 
SPIP  —  Contactez l'association.