WINGROVE (David) – Zhongguo

jeudi 3 décembre 2009 , par Philippe Gestin

Autour de 2200. La Terre compte plus de trente milliards d’âmes, réparties dans d’immenses cités de trois cents niveaux qui couvrent l’ensemble des continents, hormis de vastes plaines réservées à la production agricole. Au sommet, sept tangs qui régissent l’Empire du Milieu, le Zhongguo, depuis plusieurs millénaires, puisque l’Histoire, falsifiée, a fait des Chinois les maîtres du monde depuis leur victoire en 221 av. JC contre les Romains. Les Sept sont les garants d’une société extrêmement hiérarchisée, où grimper d’un niveau dans sa condition sociale est bien plus compliqué que d’en descendre : il suffit pour cela d’enfreindre la loi pour de retrouver plus bas, jusqu’à sous le « Filet », espace où règnent violence et surpopulation. Les tangs maintiennent l’ordre mais également la science sous leur boisseau : un édit bride toute avancée technologique. Cet univers, nourri de l’histoire de la Chine ancienne, sert de cadre fascinant au cycle de David Wingrove dont trois tomes sont parus chez L’Atalante (traduits par Michel Pagel). Le récit se situe à un moment charnière où l’Empire du Milieu commence à vaciller. Les coups viennent de l’extérieur avec les diasporistes, des Occidentaux qui prônent le retour du progrès, plus ou moins mêlés à des mouvements révolutionnaires contre l’ordre régnant. Mais le Zhongguo se lézarde aussi de l’intérieur, les inimitiés se renforcent entre les familles et les hommes au pouvoir. Avec une puissance romanesque certaine, Wingrove dresse un tableau polyphonique de ces luttes pour le pouvoir qui atteignent chaque couche de la société. Ses personnages évoluent dans un climat de violence, de haine et de tromperies que Shakespeare n’aurait pas renié... Au-delà de l’invention assez remarquable d’un univers crédible, sa réussite tient sans doute à l’attention réservé à chaque personnage, principal ou secondaire. Le revers de la médaille, c’est la longueur du texte qui s’attarde volontiers dans des descriptions des lieux et des sentiments, sans compter quelques développements du récit moins intéressants. De fait, le deuxième tome donne l’impression de faire du surplace. Le troisième volet par contre est particulièrement animé, le manichéisme initial tendant à s’atténuer. Hormis ces réserves, on se laisse facilement emporter dans le flot de cette aventure de fantasy très originale.

Articles les plus populaires

GRIMBERT (Pierre) - Le Secret de Ji

par slabbe, Popularité : 100%

WILLIS (Connie) - Sans Parler du Chien

par TiToc’h, Popularité : 87%

CAROFF (Martial) - Exoplanète

par Semeilh, Popularité : 84%

Pérégrine, un lancement réussi

par Vero, Popularité : 82%

Thomas Geha - La guerre des chiffonneurs

par Philippe Gestin, Popularité : 56%

Georges Panchard - Heptagone

par Philippe Gestin, Popularité : 54%

 
SPIP  —  Contactez l'association.