CAROFF (Martial) - Exoplanète

Terre de Brume, 2009

mercredi 31 mars 2010 , par Semeilh

C’est le premier pas de Martial Caroff en terres scienti-fictives. Universitaire brestois, spécialiste des roches volcaniques, il a auparavant publié deux romans s’appuyant sur une intrigue policière, "Les Nuées sanglantes" et "Les Cinq Saisons d’Ys" (d’abord publié en quatre volumes, pour les quatre saisons). Le premier était situé dans l’Athènes antique, le second dans une Bretagne fictive, contemporaine et légendaire. Dans "Exoplanète", il imagine que la Terre et son humanité ont été depuis belle lurette repérées dans le vaste cosmos... Sommes-nous enfin prêts ?

2030, en France.

Par une belle nuit étoilée, un astre inconnu extrêmement lumineux apparaît dans la constellation d’Orion : l’étrange étoile, très visible à l’oeil nu, a été baptisée Alpha-2 Orionis.

À l’Observatoire de Meudon qui dispose d’un hypertélescope, l’événement met les astronomes en effervescence. Parmi eux, Célestin Morgenstern, directeur du Laboratoire de recherche sur les exoplanètes, qui a récemment découvert une exopopulation organique sur Ganymède, le plus grand satellite de Jupiter ; et Astrée Lahille, jeune et belle ingénieur de recherche, qui entraîne dans l’aventure son nouveau petit ami, Marc Chauviac, libraire spécialisé dans les ouvrages rares de la Renaissance et du Grand Siècle. Très étrangement, la nouvelle étoile va s’éteindre, puis se rallumer, à plusieurs reprises...

Le roman s’organise autour de ces apparitions, extinctions et réapparitions spectaculaires de "l’étoile mystérieuse", qui rythment l’enquête, qui passionnent les personnages et les font progresser, d’indice en indice, d’un recoupement à l’autre.

Ils s’aperçoivent que des phénomènes exactement similaires se sont déjà produits depuis l’antiquité, ce dont témoignent certaines oeuvres majeures (par exemple, la légende arthurienne, L’Utopie de Thomas More, etc.).... Bizarre, non ? Vraie prouesse d’écriture en tout cas.

Le lecteur n’est pas oublié au cours de cette enquête passionnante, bien au contraire ! Comme dans Les Cinq Saisons d’Ys, les documents essentiels dénichés par tel ou tel protagoniste sont mis en regard en pleine page (cartes, iconographie, schémas permettant de décoder un sens caché, etc.).

Mais ne croyez pas qu’il s’agit d’un ouvrage d’érudition : les personnages nous ressemblent et leurs aventures quotidiennes, petits tracas et grands bonheurs, nous les rendent bien sympathiques. Car tout le roman ne se passe pas dans un laboratoire de recherche, loin de là. On suit Marc au troquet avec son meilleur ami, dans sa librairie à Tours, dans le lit de la belle Astrée aussi... Bonne nouvelle : ce ne sont jamais des digressions. L’auteur ne s’étend pas avec complaisance sur de l’insignifiant, mais ancre la vie des personnages bien en prise avec le réel pour qu’ils nous soient très proches et mieux révéler - comme dans un écrin terrestre - l’incroyable découverte spatio-temporelle qu’ils s’apprêtent à faire...

Comme dans une enquête policière, chaque chapitre commence par une indication de lieu, de date et d’heure précise, ce qui permet de suivre pas à pas et presque minute par minute le processus qui va nous conduire à enfin élucider l’énigme. Le suspense est maintenu jusqu’aux toutes dernières pages...

Ce roman est donc une réussite à plus d’un titre : j’apprécie tout particulièrement le style de Martial Caroff, une belle écriture que j’avais déjà admirée dans ses deux précédents romans. Il écrit avec une énergie et un enthousiasme communicatifs ! Autrement dit, quand j’ai ouvert le roman, je l’ai lu d’une traite, avec exaltation et le sourire. Les phrases sont souples et chevillées avec rythme, sans accroc. Elles sont belles et les mots bien vivants, les images nombreuses, concrètes et poétiques à la fois. Lorsque l’auteur nous emmène hors du système solaire (si, si !), la beauté de l’exoplanète nous apparaît à travers les yeux du géologue devenu poète, ce qui donne lieu à de superbes pages. C’est un roman qui, comme ses personnages, respire bon la joie de vivre !

Extraits

« - Cette... lumière ne présente les caractéristiques spectrales d’aucune des familles d’étoiles recensées à ce jour. Ni de près, ni de loin. En outre, pas question d’y voir une supernova ou autre nova. Qu’elle soit ou non explosive, il ne s’agit pas d’une étoile, je suis catégorique. - Alors c’est quoi ? Morgenstern arbora de nouveau son sourire de prédateur. - Je pencherais pour un signal émis par une civilisation extraterrestre, fit-il. » (p. 33)

« Morgenstern aboya les ordres. Le labo devint aussitôt une ruche, où chacun savait ce qu’il avait à faire. Les invités se firent petits pour ne pas déranger. Ils observèrent sur l’écran l’incroyable course-poursuite à travers l’espace de l’hypertélescope derrière l’étoile mourante, filante. Elle se rétractait, Morgenstern la suivait. Il faisait des miracles pour garder le contact. C’était comme une course échevelée derrière une lumière vascillante fuyant le long d’un tunnel obscur. Non, c’était plutôt le chasseur pistant le chacal efflanqué et rigolard, qui attendait son poursuivant lorsque celui-ci trébuchait... » (p. 181-182)

Articles les plus populaires

Rencontre avec Pierre Bordage (4/16)

par Nath, Vero, Popularité : 80%

Rencontre avec Pierre Bordage (7/16)

par TiToc’h, Vero, Popularité : 80%

KLEIN (Gérard) - Les tueurs de temps

par TiToc’h, Popularité : 80%

Rencontre avec Pierre Bordage (9/16)

par Nath, Vero, Popularité : 80%

Rencontre avec Alain Damasio (4/13)

par Nath, Popularité : 80%

Rencontre avec Pierre Bordage (10/16)

par Nath, Vero, Popularité : 80%

 
SPIP  —  Contactez l'association.