Fourmi Blanche

lundi 8 janvier 2007 , par blynt

  • F iction

Si proche de la réalité par son traitement graphique, tout pousse à nous convaincre qu’il s’agit bien d’une fiction.

  • O vni

Et même de Science-Fiction puisque dès la première page, un ovni tombe du ciel, traverse la planche pour s’écraser au sol (en réalité le sommet d’une gigantesque tour). Dès lors, le ton est donné : mises en page ambitieuses, graphismes hyperréaliste (et "fait main" pour l’ensemble), séquences développant la narration en montage altérné. La maîtrise graphique et narrative force l’admiration tant l’exigence reconduite sur les deux albums est grande.

  • U nivers

Les séquences se déroulent alternativement d’un monde "aquatique" (sortes d’Atlantes sauvés des eaux mais riquant de disparaître d’une maladie génétique) à une civilisation située à la surface soumis à la dégradation d’un pouvoir royal. Si les civilisations s’opposent, elles semblent souffrir d’une dégénérescence commune.

  • R ésurgence

Les scénaristes italiens nous offrent un compte à rebours vertigineux : les séquences égrènent le temps d’avant la naissance de Bianca, une "antique", la blanche, l’ingénue, la pure, la nouvelle Eve, espoir génétique des Nautiles, espoir d’une renaissance de la civilisation.

  • M émoire

Le temps se resserre et les séquences se succèdent de plus en plus rapidement.Notamment vers la fin du second tome, jusqu’à l’acmé finale, ou encore après un cauchemar vécu par les deux protagonistes mâles quand chacun prend la même pose au même moment sur la planche et où l’on peut suivre leur pensée : "Destins Parallèles" nous rappelle le sous-titre...

  • I ctus

Ce qui pourrait agacer dans la structure du récit, c’est la simplicité de la division entre un univers dominé par une science raffinée et l’autre par la force brutale. Effectivement, chaque "camp" récupère son "Antique" : Bianca d’un côté, Cerbère de l’autre. Tous deux nés d’un oeuf noir récupéré dans une base secrète en Antartique d’une civilisation disparue (hommage à la Nuit des temps, de Barjavel ?) dont le coeur évoque l’Incal avec ces cônes placés l’un au dessus de l’autre.

  • Couvertures

Ces références ne sont pas anodines et il faut vraiment se concentrer sur les images des couvertures apparement superficielles. En effet, il est nécessaire de dépasser les apparences pour capter l’intérêt symbolique et particulièrement informatif de celles-ci : en associant ces images avec les sous-titres, vous disposez d’un résumé saisissant de chaque album !

  • Graphiquement

la perfection anatomique associée au modelé des objets évoquent les personnages de Corben ou mieux, le travail de Liberatore (ce n’est donc pas par hasard que l’on aperçoit RANK dans le coin de la page 48 du tome 2...).

La composition dynamique des planches comme le débordement des vignettes par les sujets servent un récit fluide et énergique.

Le talent de Patrizio Evangelisti lui permet d’élaborer des perspectives dignes du "Space Opera". En effet, profondeurs de champ élaborées s’associent aux nombreuses images panoramiques. Le fondu au noir d’une séquence à l’autre, les décors grandioses, des plans séquences sur des pages entières renvoient au 7è art.

L’ ensemble est très séduisant même si les personnages apparaissent quelque peu figés (du fait du choix du dessin). Curieusement, les onomatopées trop envahissantes semblent parfois ridicules ou datées.

La transition entre le tome 1 et 2 s’opère par un champ (dernière image du premier album) et un contre-champ (première vignette du second !! l’action s’engage dans l’instant !) prouvant ainsi la réelle exigence de cette aventure de S-F.

Ces deux tomes se terminent par une fin ouverte (à moins qu’il ne manque une page à l’ouvrage lu...) et dans un éclair éblouissant (dans la dernière vignette : le blanc constitue l’à-venir de ce récit) . Ceci réclame une suite ou du moins une relecture presque immédiate !

Pourtant j’ignore toujours la signification du titre générique "Fourmi Blanche " !...

1 Message

  • Fourmi Blanche 19 janvier 2007 13:38, par yann

    excellente présentation ;-)

    j’y jeterai un coup d’oeil dès que j’en aurai l’occase