VANCE (Jack) - Le cycle de Tschaï

mercredi 1er novembre 2006 , par yann

Que se passerait-il si un terrien envoyé en mission spatiale se retrouvait seul sur un monde inconnu ? Il voudrait évidemment rentrer chez lui. Mais comment y parvenir : son astronef a été emporté par les habitants de cette planète dénommée Tschaï ? Cette histoire nous raconte donc les péripéties d’un homme voulant rentrer chez lui, qui va découvrir une planète peuplée... d’humains !

Scénario a priori classique et simplet, mais le pari n’en est pas moins réussi ! Un vrai chef d’œuvre...

Jack VANCE Le Cycle de Tschaï

Note : 9.5/10

Catégorie : SF / Planète opera (la référence du genre) Cycle : Tschaï Traduction de Michel DEUTSCH Illustration de Philippe CAZA

J’AI LU, coll. Science-Fiction (2001 - ) n° 5796, novembre 2000 864 pages, ISBN : 2-290-30975-3

CITATION(4e de couverture )

« En découvrant la planète Tschaï, le vaisseau terrien Explorator IV est aussitôt détruit par un missile. Unique survivant de la catastrophe, Adam Reith va devoir affronter un monde baroque, violent et d’une beauté envoûtante. Un monde peuplé de quatre races extraterrestres : les belliqueux Chasch, les impénétrables Wankh, les farouches Dirdirs et les mystérieux Pnume. Déjouer les traquenards, explorer les secrets des cités géantes, percer le mystère des hommes hybrides : autant d’étapes pour une extraordinaire odyssée, qui permettra peut-être à Reith de rentrer chez lui...

Jack Vance est né en 1916. Après des études d’ingénieur, il se lance dans le journalisme avant de servir dans la Marine pendant la Seconde Guerre mondiale. De ses voyages, il a gardé un goût de l’exotisme et une verve de conteur qui se manifestent dans toute son oeuvre. »

Tout le scénario se limite au résumé de la 4e de couverture. A priori ça n’a pas l’air plus emballant que ça, surtout si cela fait huit-cent soixante et quelques pages ! Et bien à ceux là je répondrai : c’est bien mal connaitre Jack Vance.

Il nous emmène sur TschaÏ, un monde peuplé de quatre races : Chasch, Wankh, Dirdir et Pnume. Mais cette planète est également peuplée d’humains ! Comment est-ce possible ? Adma Reith va se rendre compte que moitié des humains sont au service des quatre espèces dominantes, respectivement : Homme-Chasch, Homme-Wankh, Homme-Dirdir, et Pnumekin. L’autre moitié appartient à la race des "sous-hommes". Mais Reith, lui ne voit qu’une seule espèce : l’être humain. Ce sont tous des humains qui ont légèrement évolué vers la race qu’ils servent. Voir des hommes réduits en esclavage par d’autres espèces va mettre les nerfs de Reith à vif, il va donc intervenir. Mais, le changement qu’il provoquera sera-t-il bon ou non ? N’imposerait-il pas sa culture à ces Hommes ? Là réside une partie de l’enjeu de ce livre. Comment être juste ? En appliquant ce que l’on croit l’être ?

Adam Reith est donc un héros qui sort un peu de l’ordinaire car malgré tout il reste avant tout humain, et un homme impulsif qui plus est ! Il se laisse souvent emporter par sa colère ou sa passion et ce côté humain va le rendre très attachant. Mais il n’est pas le seul, ses compagnons vont nous montrer divers visages de l’homme. Traz, un homme des steppes sauvages, mais courageux, aux instincts surdéveloppés nous montre la simplicité de la vie. Zap 210 femme pnumekin est l’incarnation de la fatalité. Reste Anacho, lui est un Homme-Dirdir, citadin d’une grande ville bien organisée. Sûrement le personnage le plus intéressant car, croyant tout savoir il accepte difficilement les déclarations d’un homme venu d’un autre monde. Ses connaissances l’emprisonnent dans le mensonge. Pourtant il va se laisser emporter par le Terrien. Il pourrait très bien refléter la psychologie d’une personne réelle vivant sur Terre.

Evidemment ce roman est bien plus que ça. Pour l’instant on pourrait dire que c’est un peu léger pour un livre. L’autre force de ce livre est Tschaï elle même ! Les aventures de nos héros les conduiront dans des paysages déments, d’abord glacial puis d’une chaleur extrême, désertique pour devenir une ville bondée de monde. Planète sauvage à la fois belle et pourtant bien rude, où la loi du plus fort est seule garantie de survie. Vivre est un combat permanent sur cette planète. C’est ce qui fait que chaque pas est une aventure en soi.

Voilà pour le fond. Rien n’est laissé au hasard et l’ambiance est parfaite. Mais une ambiance ne suffit pas si le style est lourd. Heureusement pour nous, Vance est un maître, il va alterné les points de vue pour nous montrer la scène dans la situation la plus prenante. Le meilleur exemple est celui de la chasse des dirdirs : les hommes sont les proies donc quoi de plus prenant que de se retrouver d’abord dans la peau de la proie puis du chasseur !? Les sensations qui nous envahissent alors sont le stress et la peur puis tout à coup l’excitation !

Pour résumer, ce cycle est parfait : on sacrifie volontiers quelques heures de sommeil pour ne rien perdre de l’ambiance créée d’une main de maître. Par ailleurs, lorsque l’on termine le livre on reste planté là à se dire "et merde c’est fini", et on imagine vite une suite. Le seul bémol que je mettrai : A chaque tentative de Reith pour regagner son monde on sait qu’elle va échouer vu qu’il reste encore 200 pages à lire. Malheureusement on ne peut pas faire autrement. Une édition intégrale supprime forcément une part du suspens. Si vous avez l’occasion préférez l’édition originale. Bonne lecture à tous ;)

Articles les plus populaires

Rencontre avec Pierre Bordage (15/16)

par Nath, Vero, Popularité : 100%

Rencontre avec Pierre Bordage (5/16)

par Nath, Vero, Popularité : 100%

Rencontre avec Pierre Bordage (4/16)

par Nath, Vero, Popularité : 100%

Rencontre avec Pierre Bordage (10/16)

par Nath, Vero, Popularité : 100%

Rencontre avec Pierre Bordage (9/16)

par Nath, Vero, Popularité : 100%

Rencontre avec Pierre Bordage (14/16)

par TiToc’h, Vero, Popularité : 100%

 
SPIP  —  Contactez l'association.