FEIST (Raymond E.) - Krondor la trahison

le leg de la faille T.1

jeudi 16 novembre 2006 , par yann

un nouveau tome des chroniques de Krondor vient de paraitre (27/04/06) : Krondor, la trahison (le legs de la faille, tome 1).

La série toute entière m’ayant conquis, j’ai sauté sur ce nouveau roman de Raymond E. Feist, adapté d’un jeux vidéo (betrayal at Krondor, un des premiers rpg 3d), pour voir ce qu’il valait...

CITATION : 4e de couverture

« Neuf ans après la chute de Sethanon, des puissances mortelles s’éveillent à l’horizon. Celui qui amène ces mauvaises nouvelles est un moredhel, un elfe noir nommé Gorath. Le sang recommence à couler. Les assassins des Faucons de la nuit frappent à nouveau. La politique redevient un jeu dangereux où le perdant se fait couper la gorge. Autant de mystérieuses machinations ourdies par un groupe de magiciens connus sous le nom des Six. Autant de conspirations qui visent à mettre à genoux les Royaumes des Isles... et que vont affronter nos vieux amis Jimmy, Locklear et Pug, bien sûr ! »

Feist nous emmène donc en arrière, après Sethanon. Si vous voulez commencer cette série vous pourrez prendre ce tome juste après Sethanon. Les autres, il vous faudra vous replonger dans le passé et faire un peu marcher la mémoire ;-)

Ce qui m’a tout d’abord frappé, c’est cette adaptation à partir d’un jeu vidéo sur lequel Feist a travaillé avec Neal Hallford et John Cutter (Might & Magic 2). Ca fait un brin commercial tout ça. Mais bon, on va bien voir... Après lecture il apparaît en fait que Feist ne voulait pas laisser passer ce scénario.

Selon moi il aurait pu s’en passer, c’est sans aucun doute le livre le moins bon qu’il ait fait. Mais attention, de génial il est passé à plaisant et agréable à lire. Donc je vous le conseille tout de même, mais vous pouvez attendre la sortie en poche.

Ce qui m’a déplu le plus est la longueur de la mise en place et la forme de l’intrigue : avant la page 200 il ne se passe pas grand chose, les héros se promènent et essaient d’enquêter. Mais ce n’est pas aussi prenant que d’habitude : on sent que certaines péripéties sont propres au jeu, et , adaptées en roman, cela donne un peu trop de longueur. Toujours dans cette première partie du livre, Feist ne jongle pas avec les points de vue comme à son habitude, en effet, il suit deux héros (Owyn, fils de baron et Gorath, un elfe noir) que tout oppose. Ce qui fait habituellement la force de ses romans est la multitude de héros : il va passer d’un point de vue à l’autre, sans cesse et ainsi nous donner une évolution rapide et entraînante de l’action. Rassurez vous, passées les premières 200 pages, il reprend ce procédé, passant de nos deux héros accompagnés de James à Pug. Dès lors, l’action va devenir entraînante et vous finirez le livre en deux jours alors qu’il vous aura fallu une semaine pour la première partie.

Dans l’ensemble, ce tome rajoute un peu de piment aux autres en nous offrant toujours plus de perspectives au monde de Midkemia, et au personnage principal des chroniques de Krondor : Pug. La difficulté étant le pouvoir de Pug : il est le plus puissant des magiciens, donc il devrait pouvoir régler presque tout avec ses seuls pouvoirs, mais Feist parvient à placer des obstacles sur sa route et donc à rendre l’histoire pas si facile que ça pour Pug et le royaume tout entier... Pour faire un parallèle on pourrait parler du seigneur des anneaux : Gandalf bien que très puissant ne prend part au combat qu’à la fin, ayant eu quelques soucis avant...

En résumé, bien que l’on ressente légèrement l’adaptation, ce roman est agréable à lire et ajoute un peu de piment à l’univers de Feist, toujours aussi surprenant. Si vous êtes un inconditionnel de cette série jetez vous dessus, les autres, lisez le si vous en avez l’occasion. Un roman à lire mais pas forcément à posséder.

ps : vous trouverez à la fin du livre une postface où l’auteur explique sa motivation et le pourquoi de ce livre. Petit passage qui m’a fait sourire : "j’expliquai à John (auteur du jeux vidéo) qu’il n’avait pas les moyens de se payer un auteur comme moi mais qu’il pourrait peut être acheter la licence" Monsieur est donc un auteur "cher" ^^ , sur ce, bonne lecture à tous

 
SPIP  —  Contactez l'association.